Back to top

Hommage à Madeleine Laferrière


Par Anne-Marie Lauterburg T.S., T.C.F., psychothérapeute, Cynthia Brosseau T.S., T.C.F., psychothérapeute, Jean-Luc Lacroix T.S., T.C.F., psychothérapeute, Michel Lemieux T.C.F, psychothérapeute
Catégorie(s) : Paroles de membres

Madeleine Laferrière, T.S., T.C.F., psychothérapeute

Notre collègue et amie Madeleine Laferrière nous quittait, le 31 mars 2015, à la grande surprise de tous, après une courte maladie. Elle nous laisse tout un bagage de sagesse, de persévérance et de ténacité.

Travailleuse sociale, thérapeute conjugale et familiale, psychothérapeute, superviseure et formatrice de grande qualité, elle fut de toutes les luttes tant au sein de la défunte Association des psychothérapeutes conjugaux et familiaux du Québec (APCFQ), qu’au sein de l’Ordre des travailleurs sociaux et des thérapeutes conjugaux et familiaux.

Membre du comité de la pratique autonome pendant de nombreuses années, membre du comité de la pratique en thérapie conjugale et familiale jusqu’à sa dissolution en 2014, elle a aussi été membre du dernier comité qui a présenté le Rapport et recommandation portant sur les propositions d’orientations structurelles pour la profession de T.C.F. à l’OTSTCFQ en décembre 2015.

Membre fondatrice du Centre d’études de recherche et de formation en intervention systémique (CERFIS) avec Jean-Luc Lacroix et Michel Lemieux, Madeleine fut une collègue fort appréciée pour sa passion de l’enseignement tout comme pour la défense des droits et de la place des femmes.

Madeleine Laferrière a été un pilier important du déploiement de la profession de thérapeute conjugal et familial au Québec. J’ai d’ailleurs eu l’honneur d’être une de ses étudiantes et d’avoir été supervisée par cette professionnelle dont la motivation à transmettre ses connaissances et son savoir clinique auprès des couples et des familles était immense. Sa rigueur scientifique était également inattaquable. Je salue également sa très grande implication bénévole à l’Ordre (documents phares, comités et activités cliniques) qui a permis de faire des avancées importantes pour notre profession. - Cynthia Brosseau, T.S., T.C.F., psychothérapeute, responsable de la thérapie conjugale et familiale et chargée d'affaires professionnelles

Elle était toujours à la fine pointe des nouveaux développements touchant notre profession et soucieuse de promouvoir les écrits et références en français. Les intérêts de notre profession lui tenaient à cœur; elle les défendait avec une vigueur remarquable et se démarquait par son souci de bien préparer la relève. Sa vision et son amour de la thérapie conjugale et familiale nous restera.

Pourtant, Madeleine est demeurée une personne sobre et discrète quant à sa réputation et sa notoriété professionnelle, même avec ses proches. C’était une femme disponible, fiable, une confidente à l’écoute généreuse, soucieuse du bien-être des gens, tant au plan professionnel que personnel. Elle était entière dans ses engagements, sa fidélité et sa sincérité envers ses amis  nous manqueront.

Si vous désirez connaitre davantage Madeleine ainsi que sa vision de la profession, nous vous invitons à visionner une entrevue des plus inspirantes qui a été réalisée par Lyne Douville dans le cadre de la série de DVD «La transmission intergénérationnelle dans la pratique familiale-approches systémique au Québec» via Les éditions du CEIDEF1.

Merci Madeleine de nous avoir côtoyés et de nous avoir autant donné.

Notes

1. Pour commander, écrivez à ceidef@uqtr.ca

- - -
| 461
Partager

Autres articles qui pourraient vous intéresser:

Il y a plus de 40 ans, Michel Foucault mettait en lumière différents processus de contrôle social. Ses observations et constats sont-il toujours d'actualité? Sylvain Blais, T.S., propose une réflexion sur l'évolution de cette régulation et plus spécifiquement sur la manière dont elle s'exerce aujourd'hui dans le domaine de la santé mentale.

Rencontre entre deux travailleurs sociaux; l’un qui pratique dans le réseau de la santé et des services sociaux dans l’est de Montréal et le second dans le secteur ouest.

En travail social, où s'arrête le compliqué et où commence le complexe? Comment ces dimensions se traduisent-elles en déficience intellectuelle et en autisme? Et quel avenir pour la profession? Sylvain Blais, T.S., y réfléchit en se basant sur l'œuvre d'Edgar Morin, sociologue et philosophe.

Les auteurs rappellent l’importance des services de proximité; ces grands oubliés de la réforme. Ils présentent les risques inhérents à une vision médicale de la santé et font état de la démobilisation des intervenants. Finalement, ils plaident pour un retour à un équilibre des forces, au bénéfice des communautés.

Denise Ouellet dénonce la privatisation des services aux aînés. Du même souffle, elle appelle les travailleurs sociaux à résister aux changements qui contreviennent à la dignité des aînés.