Back to top

La concertation, ou le «tout est plus que la somme de ses parties»


Par Sylvain Blais T.S.
Catégorie(s) : Paroles de membres

Dans un contexte de réduction de ressources, comment faire face à la complexité des situations? La concertation reste la voie à emprunter, même si elle comporte son lot de défis!

Le travailleur social est possiblement le professionnel le plus amené à échanger avec ses partenaires du réseau de la santé, de l’éducation et du communautaire. Dans le milieu institutionnel, plus particulièrement, il intervient rarement seul.

Dans le cadre d’un processus d’orientation qui est devenu la TÉVA (transition de l’école à la vie active), en partenariat avec des représentants de l’école secondaire Antoine de St-Exupéry, j’ai réalisé une demande de services au Centre de réadaptation Lucie-Bruneau pour une évaluation des capacités de travail.

Quelques mois plus tard, Frédéric Loiselle, ergothérapeute au Centre de réadaptation qui a réalisé cette évaluation, communique avec moi pour me demander si la personne que nous aidons en commun serait intéressée à prendre part à un projet novateur qu’il vient de créer dans le contexte montréalais, le Cirque social dans le cadre de la TÉVA. Un projet par lequel, à travers des activités de cirque, on vise le développement de l’autonomie, l’optimisation des paramètres physiques et le surpassement de soi pour favoriser une plus grande insertion sociale.

M. Loiselle m’interpelle en soulignant que cette TÉVA pourrait représenter un défi de concertation porteur entre l'enseignante de stage, le participant, et nous. Suite à l’autorisation de la personne concernée, les premiers échanges débutent et révèlent nos identités professionnelles. L’ergothérapeute nous aborde en utilisant une terminologie qui lui est propre. Il soulève les questions des capacités physiques, des AVD (activités de la vie quotidienne), des mesures de rendement occupationnel. Le travailleur social utilisera à son tour les concepts spécifiques à son univers et les thèmes de la famille, des réalités multiculturelles et de la précarité économique deviendront dominants. Peu à peu, les discours tentent de s’arrimer, orientés sur les besoins du participant. Voilà, le dialogue est lancé, la concertation prend son envol, mais comme pour « Icare », la chute n’est pas exclue.

Divergences

Le spécialiste en face de nous arrive avec ses grilles d’évaluation, ses écoles de pensée, ses méthodologies dictées par les mandats institutionnels et orientées par les appartenances professionnelles. Certaines différences prennent racine dans nos caractéristiques personnelles. Nous sommes déterminés en partie par un genre, un âge, une origine sociale, des valeurs familiales, un nombre d’années d’expérience. Nous n’arrivons pas nécessairement au même moment dans l’intervention. La concertation constitue un terrain propice aux alliances, mais aussi aux luttes de pouvoir et aux affrontements à la fois individuels et institutionnels quand la confrontation prend toute la place. Le conflit n’est pas nécessairement entropique. Il peut nous amener à découvrir des rivages inconnus, à parvenir à de nouveaux équilibres s’il ne devient pas chronique. Si cela arrive, ce sont les personnes que nous aidons et leurs familles qui en subiront les contrecoups. Nous avons un devoir d’entente, mais certains n’y parviennent pas par absence de conviction, mauvaise foi ou compétences insuffisantes. La concertation à deux ou à plusieurs intervenants constitue un art difficile à maîtriser.

Pour ceux qui ne veulent pas s’y risquer, qui affirment que la concertation coûte trop cher, qu’au calcul elle signifie perte de temps ou le risque d’un ajout d’un mandat qui n’est pas le sien, les sabotages apparaissent multiples. Dans la concertation, il y a toujours péril en la demeure, car aucune entente écrite ne va en assurer la réelle viabilité. Face aux plans de services intégrés (PSI), incontournables pour structurer les actions à venir et répartir les mandats, mais où il y a trop peu d’imputabilité, la concertation paraît relever de l’impossible, et faut-il être rêveur pour y croire malgré tout? Dans un contexte de complexité, de rareté des ressources, cette concertation n’est-elle pas indispensable, et le chemin le plus propice pour qu’y surgisse l’inattendu et l’inespéré?

Une démarche délicate

Une concertation qui devrait, comme l’a souvent énoncé Jacques Salomé, chercher « non plus à opposer ses points de vue, mais à favoriser l’apposition des points de vue qui ne vise pas à affaiblir, diminuer, disqualifier ou dominer le point de vue de l’autre ». Cette apposition qui favorise la mise en commun ne tient qu’à un fil, car les mots dits et les non-dits, au lieu de créer des ponts, peuvent séparer. La concertation est un exercice communicationnel périlleux, car elle se situe au cœur de la relation avec l’autre. Quand elle se révèle efficiente, elle élargit le champ des possibles et ouvre la porte à des services que nous ne connaissions même pas.

Nous découvrirons au terme de ce voyage que nos boîtes à outils respectives autant que celle du participant se sont enrichies de cette acculturation. Voilà ma compréhension de ce qui est arrivé dans ma rencontre avec l’ergothérapeute du Centre de réadaptation où il y a eu réciprocité. Ce dernier, s’il arrive au même constat, utilisera certainement d’autres mots pour le dire. Peut-être que notre consensus consistera à reconnaître que c’est finalement la magie du cirque qui nous aura portés, validant ainsi la règle durkheimienne voulant que « le tout est plus que la somme de ses parties ». Une magie que nous tentons de reproduire dans d’autres milieux et contextes d’intervention.

- - -
| 417
Partager

Autres articles qui pourraient vous intéresser:

Favoriser la résilience est un devoir, mais celle-ci a un coût et exige des ressources. En travail social, dans un contexte de restrictions et de contingences, elle doit s’appuyer sur des moyens et des stratégies favorisant l’émergence de tuteurs et d’organismes de résilience.

Quelle place réserve-t-on aux personnes vivant avec une déficience intellectuelle? Quel rôle les travailleurs sociaux peuvent-ils jouer pour ces personnes à être entendues et reconnues?

Sylvain Blais, T.S., s'est entretenu avec une personne ayant reçu un diagnostic de trouble du spectre de l'autisme. Une incursion dans le monde d'une autiste qui rappelle combien les adultes autistes sont négligés et que l’accès à l’emploi constitue encore aujourd'hui un grand défi.

La Croix-Rouge canadienne offrait jusqu’à tout récemment des soins primaires et sensibilisait la population aux risques de choléra.

Source d’inspiration pour la relève en thérapie conjugale et familiale, Madeleine Laferrière laisse derrière elle un précieux héritage de sagesse, de persévérance et de ténacité.