Back to top

Une travailleuse sociale sévèrement sanctionnée pour des actes de collusion


Par Marcel Bonneau T.S., M.Sc., M.A.P.
Catégorie(s) : Chroniques du syndic

Mme Alissa Kerner et son avocat - Dave Sidaway, The Gazette

Au cours des derniers mois, le Bureau du syndic a enquêté et déposé 2 plaintes contre Mme Alissa Kerner, T.S., comportant 18 chefs d’accusation dont des gestes de collusion posés envers 2 personnes aînées. Ces 2 plaintes font suite à 4 enquêtes, impliquant 4 personnes âgées, pour lesquelles Mme Kerner avait accepté, en pratique autonome, de compléter une évaluation psychosociale dans le contexte des régimes de protection.

Mme Kerner a été reconnue coupable sur un chef d’accusation pour des gestes de collusion envers une de ces personnes. Un chef d’accusation pour ce même motif a été retiré et Mme Kerner a enregistré des plaidoyers de culpabilité aux 16 autres chefs d’accusation. En conséquence, Mme Kerner a été radiée provisoirement du Tableau de l’Ordre, pour une période de 2 ans. Le Conseil de discipline lui a également imposé une peine additionnelle de 3 ans de radiation pour les gestes de collusion posés envers une personne aînée.

Certains d’entre vous ont pu prendre connaissance de l’article paru dans le quotidien The Gazette du 17 juin dernieret d’articles précédents dans le quotidien La Presse au sujet de Mmes Piela et Brownstein, 2 victimes des actes posés par Mme Kerner. Enfin, de pair avec ces gestes de collusion, une plainte a été déposée en cour criminelle contre Mme Kerner avec 3 coaccusés. Le procès doit avoir lieu en mars 2018.

Bref, 4 enquêtes, 2 plaintes comportant 18 chefs d’accusation avec 2 décisions comportant toute une panoplie de sanctions pour assurer la protection du public, ce qui constitue le mandat ultime de notre ordre professionnel.

- - -
| 343
Partager

Autres articles qui pourraient vous intéresser:

Le syndic n’a pas à trancher une divergence d’opinions; il appartient aux tribunaux de trancher d’éventuelles contestations des rapports d’évaluation soumis par les professionnels.

L'accessibilité des dossiers vient aussi avec une responsabilité pour le professionnel.

Une augmentation de 8,2% des demandes d'enquête pour 2015-2016.

L’Ordre a déposé en 2016 ses premières accusations en matière d’exercice illégal d’une activité professionnelle réservée.

Durant les exercices 2011-12 à 2015-16, 411 demandes d’enquête ont été traitées. Quelles sont les grandes tendances qui se dégagent?